Le jour où…je me fais confiance [part.I]

Salut p’tit chat,
Il est bien des domaines dans lesquels je n’étouffe pas de self-confident (à peu près tous quoi…) Mais devenir la Maman d’Alba a changé des choses, beaucoup de choses.
Face à ton premier enfant tu peux te sentir désemparée, et je pense encore que le mot est faible. Malgré les 1000 conseils de « bonne mère » (par là j’entend toute personne du sexe féminin, avec OU SANS enfants, qui ira de son petit commentaire, bien ou malvenu, connu ou saugrenu, bref ta belle mère 😀 #megaHUMOUR ) tu seras finalement SEULE (non ton mari n’est pas magicien) face à ton enfant toutes les nuits, où il pleurera « sans » raisons, tu seras désemparée et seule. Toujours envie d’un enfant??
Sans rire (est ce mon genre?!) un enfant c’est un petit être inconnu, pour toi, pour ton mari et même pour lui même. Et à peine a-t-il aperçu la lumière, qu’il doit tout apprendre. Je t’apprend rien. Il apprend tout, subit tout, le seul repéré qu’il ait : c’est toi! 
20170412_104545
Mon article aurait pu s’arrêter là mais tu me connais, j’adore raconter les choses 1000 fois, dans tous les sens. Et ça me permet de glisser cette belle phrase : tu es la meilleure recette pour le bien être de ton enfant. Je serais bien mal placée de te dire que c’est facile. J’ai mis plusieurs jours à le comprendre, plusieurs semaines à le mettre en pratique et quasiment 3 mois pour en être persuadée! 
#momentglauque à moins de mettre ton enfant au four ou au congélateur, tu as peu de risques de lui nuire. Les choix et actions que tu mènera envers ton ptit toi seront dictés par ton ptit coeur (maintenant pleinement instinctif et maternel) devenu accessoirement tout mouuuu dégoulinant de guimauve. Mais pour faire des choix, encore faut-il se faire confiance. On y arrive!
L’arrêt de l’allaitement par exemple, je n’ai demandé à personne. Juste son avis à mon amoureux, et sa participation pour aller acheter dare dare des biberons quand j’ai dis STOP. Et pour le reste c’est « pareil ». Je débute dans la vie de Maman, j’aime toujours avoir des avis, conseils (bah ouais on se refait pas quand même!) mais je tranche toujours dans l’intérêt de ma fille, de son bien être et de mes valeurs. Les patchs anesthésiants pour les vaccins par exemple? (Bon on passe outre le fait que je sois contre ces vaccins m’enfin…ils sont obligatoires que veux tu!) Je n’en ai pas mis. Annnnh la rebelle! Tu veux les mettre? Aucun soucis, si c’est TA volonté et pas parce que « on t’a dit que… ». Pour augmenter la quantité des biberons c’est pareil je n’attend après personne. J’écoute ma fille (oui oui chaque pleur est une parole) simplement.
Bref, tu m’as compris! Dis toi que si tu fais TES choix, tu seras forcément en accord avec ce que tu fais (euh bah ouais logique!) et du coup tu seras détendue et sereine et c’est ÇA la solution; la seule chose dont bébé ait besoin. 
20170430_124932
Sache aussi que la recette devra être actualisée presque quotidiennement. C’est aussi ça, je crois, la magie d’un enfant. Tu vas galérer à comprendre ses besoins, mettre du temps à mettre en place les actions adéquates pour faire cesser les pleurs, pour apaiser, pour stimuler… Et à peine tu auras eu le temps de te dire « tain mais en fait je gère comme une reine » : BAM! Ton crotteux (il évolue tellement viiiite ce petit!) aura déjà changé son fusil d’épaule et râlera différemment, changera de rythme, ne s’émerveillera plus des mêmes choses… je te l’ai dit : il a tout à apprendre! Et il est un peu comme toi : une fois qu’il a compris, il passe à autre chose! De nouveau: fais toi confiance, tu comprendras son langage mieux que personne.
Le chômage m’a rendu accro (plus que je ne l’étais déjà) aux réseaux sociaux. Plein de belles rencontres, certaines concrétisées, d’autres pas encore, et en balance ramassis de bêtises et d’âneries qu’on peut lire et entendre. Tris! Pèses le pour, le contre, fais toi ta propre opinion, tu as le droit de douter, de ne pas savoir, mais ne te laisse rien dicter.
Et déculpabilise! Internet c’est une galerie de vie parfaite, de bébés rieurs, qui font leur nuit à peine sortie de la maternité, qui gazouillent à longueur de journée mais c’est une VITRINE! Ne stresse pas si chez toi c’est plutôt cris à tout va, que des fois tu pètes un cable, et que tu déteste un tout p’tit peu cet enfant qui hurle à t’en vriller les oreilles, ne te flagelle pas si tu t’es pas lavée les cheveux depuis, euh c’était quand déjà??, ne jalouse pas ces mères parfaites; un jour elles t’envieront cette jolie petite fille (ou mec!) polie, sage et bien élevée, ou ce jeune adolescent rieur et bon à l’école parce que tu l’auras éduqué et accompagné avec ton cœur!
Avoir un enfant ça rend fort, pas vraiment pour soi mais pour lui. Devenir un pilier, un repère, inébranlable.  Ça donne envie d’accomplir plein de choses. Bon, ça, ça se goupille moins bien car tu n’as plus le temps, mais tu trouveras des astuces, tu deviendras la reine du « one hand occupation », manger au resto avec 1 main, bébé dans les bras et la tête penchée car il/elle te tire les cheveux en même temps te semblera naturel!
20170411_085032.jpg
Ce qui est magique, c’est que cette confiance qui s’instaure lorsque tu es yeux dans les yeux, elle s’infiltre petit à petit dans ton quotidien… Qui sait, c’est peut être éphémère mais je peux te le dire : putain que ça fait du bien! Si ce travail continue, je te parlerai de l’infiltration de confiance dans le reste de ma vie…!
En attendant, je t’embrasse et te retrouve bien vite!

 

Publicités

Une réflexion sur “Le jour où…je me fais confiance [part.I]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s